La Ferme du Gyps (12)...

 

 

La ferme du Gyps...

 

Guérisseuse

(-12-)

Zélie soupira et continua :

Puis ce fut le tour de l’Urbain, le gardien du château.

Ce matin-là, on aperçut Marie sur la roche du Verneau et le village se signa pour conjurer le mauvais sort.

Au château du Fresnet, le gardien allait veiller au barrage, il devait chaque jour s’assurer que les feuilles et les branches n’obstruaient pas le bon fonctionnement des vannes.

Une branche s’était coincée, il voulut la retirer, mais nerveux il s’y prit mal, glissa et tomba dans l’eau froide de ce début d’automne.

On trouva son corps le lendemain.

 

Et pour eux, c’était la donneuse de mort qui avait encore frappé le village, rien n’avait changé s’emporta Zélie.

Les vieilles peurs revenaient, les superstitions aussi .Mais le village n’était plus le même, les villageois se divisaient dans des guerres de clochers.

On savait qu’elle était là, mais personne à part les taillandiers ne l’avaient vraiment vue.

Juste une silhouette au loin sur la roche, elle ne venait jamais au village, pourtant partout alentour on disait qu’elle sauvait des vies.

Et la réputation de guérisseuse de Marie n’était plus à faire, on venait la chercher de tous les villages alentour.

 

Mille neuf cent dix-sept et mille neuf cent dix-huit furent les deux dernières années terribles de la grande guerre, les hommes étaient transformés en chair à canon.

Mais en l’absence des hommes, les femmes ont repris les fermes et Marie les a aidées autant qu’elle a pu en soignant leurs bêtes, celles qui restaient celles que l’armée n’avait pas prises, les réquisitions de nourriture et de bétail étaient nombreuses, les chevaux qui travaillaient la terre servirent dans la boucherie de Verdun.

 

Elle mit au monde les enfants de ceux qui étaient au front en se posant chaque fois la même question: Reviendront-ils pour connaître leurs enfants?

Durant ces deux années, elle a parcouru sans cesse les chemins d’un village à l’autre, le Crouzet, Migette, Eternoz, Saraz, Montmahoux.

C’est en mille neuf cent dix-huit, que Jules Blanchin sorti premier de sa promotion s’est présenté devant le Maire de Nans sous sainte Anne, Aristide Duchamp Souillat.

Il venait prendre son poste de maître d’école au village. Il remplaçait l’ancien maître, mort pour la patrie.

 

Le Maire a regardé avec méfiance ce jeune homme, à peine sorti de l’enfance, qui devait enseigner aux enfants de la commune.

Enfin la patrie manquait de bras , beaucoup étaient morts au front, il faudrait bien faire avec.

Il lui a remis les clés de l’école et celle de l’appartement qui lui était dévolu situé au-dessus, lui a dit que la commune lui avait réservé son stock de bois de chauffage à charge pour lui de le monter à l’étage.

En cette fin d’août, le jeune instituteur a tenu à faire la connaissance du village avant la rentrée des classes. Il est allé saluer le baron, le directeur de la faïencerie, le maître taillandier et a abordé les villageois occupés dans les champs, insistant auprès d’eux pour que les enfants viennent en classe, ce qui n’était pas du goût de certains, les bras manquaient dans le monde de la terre.

Les hommes étaient tout juste rentrés de la guerre, certains mal en point, d’autres avaient eu plus de chance, mais tous en gardaient des traces dans la mémoire.

Au printemps mille neuf cent dix-neuf, une charrette s’arrêta devant la ferme, Marie sortit de la maison et s’assit à côté du charretier.

Ils prirent la route du moulin du bief, longèrent le Lison et passèrent la fontaine aux morts pour monter la pente raide qui conduisait à Saraz.

Elle entra dans une ferme où un homme était étendu sur la paillasse de l’alcôve.

Elle l’examina, et n’aima pas ce qu’elle vit, elle soigna l’homme du mieux qu’elle put, laissant à son épouse de quoi le soigner.

Les fermes étaient peu nombreuses à Saraz, elle en fit le tour , donnant à chacun remède et recommandation.

Et elle fit bien car elle sauva le village.

De retour au Gyps, elle allait rentrer mais se ravisa, elle s’est rendue à la taillanderie, quand le maître lui a ouvert, elle lui dit qu’il ne devait plus mettre les enfants à l’école.

Etonné, il lui demanda ce qui se passait, elle lui répondit: -Le malheur va frapper le village, gardez vos enfants ici, prenez soin des vôtres.

Et elle rentra chez elle, sans plus d’explication.

Refermant la porte, il annonça à ses fils que leurs enfants ne descendraient plus au village jusqu’à nouvel ordre.

Et bien lui en prit de suivre les conseils de Marie.

Une épidémie secoua le pays, causant de nombreux morts et Marie dut se battre contre le mal dans tous les villages alentour. Partout sauf à Nans, enfin presque.

[...]

 

🔊: L'extrait d'aujourd'hui bientôt lu par Kali Retsuf ... mais en attendant....

À suivre:   # La Ferme du Gyps

 

La nouvelle " La Ferme du Gyps"  est publiée sur ce blog avec l'accord de l'Auteure/Éditrice du livre: Pascale FUSTER.

 

Avertissement

Tout ce qui est écrit est purement imaginaire à l’exception de la beauté des maisons et des sites naturels.

Toute ressemblance avec un individu existant ou ayant existé ne peut être que pure coïncidence.

Sont cités les noms de personnes célèbres qui ont acquis une notoriété publique.

Sont utilisées les images du domaine public.

Les noms de familles sont des lieux-dits du village.

« Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.»

Année publication : 3 -ème trimestre 2020

ISBN : 978-2-9573108-0-7

 

 

Article publié le Lundi 7 Novembre 2022...

Règles de Vie du Blog smiley...

Merci de votre visite heart ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog