" Ce sont les rêveurs qui font changer le monde, les autres n'ont pas le temps pour ça..." (Albert Camus)

Le désir: L'assassinat de la Vouivre (...)

 

L'ASSASSINAT de la VOUIVRE...

Le vieux Jean-Claude avait eu son enfance bercée au récit des légendes de la Vouivre, en qui il croyait de toutes les forces de son âme.

Sa grand’mère lui avait affirmé, devant le poêle ronronnant et le chat mystérieux, quand sifflait la bise et tourbillonnait la neige, l’avoir vue de ses propres yeux, les soirs de clair de lune et les nuits d’étoiles, promener par les prés humides de la Moraie sa sveltesse robuste de serpent ailé. Dans les miroirs des flaques encadrées de prèles scintillaient les feux de son escarboucle de diamant qu’elle déposait à son côté avant de se pencher sur la nacre cristalline des ruisseaux pour s’y désaltérer selon le rite. Et la foi, bue avec les paroles de l’aïeule morte, s’était implantée si profondément en lui que toutes les railleries et les hochements incrédules des fortes têtes n’en avaient jamais eu raison.

Ah ! Pouvoir lui ravir l'escarboucle, l’escarboucle qui eût assuré la fortune et la puissance au héros de cette fabuleuse aventure ! Nul audacieux des temps jadis n’avait osé le faire. La bête l’eût dévoré !

Jean-Claude, par ce soir d’automne, revenait du village voisin où il avait livré à un paysan, cultivateur comme lui, une génisse qu’il lui avait vendue. Ses écus de cinq livres, entassés dans un petit sac à plomb, se froissaient doucement sous la doublure de sa veste et caressaient son oreille de leur bruissement argentin.

Il sortit du bois du Chênois, longeant les prés humides d’Epenouse, où serpentaient des ruisselets grossis par les pluies froides des jours précédents. Les feuilles tombaient des arbres avec des crépitements grêles ; dans l’azur lavé, les étoiles scintillaient et le croissant gonflé d’un premier quartier de lune s’avivait à l’occident. Il allait arriver à la source de la Moraie et songeait en lui-même :

« Oui, ils l’ont vue jadis et elle existe toujours, bien sûr ; mais elle se cache, car elle sait que les hommes ont maintenant des fusils, qu’ils ne craignent plus ni dieux ni diables et que sa force et son agilité n’auraient raison de leur adresse et de leur avarice !

Ah ! Lui ravir l’escarboucle !

[...]

Louis Pergaud :     Les Rustiques

Écouter "L'assassinat  de la Vouivre" dit par Sabine :

Cette nouvelle de Louis Pergaud

est publiée dans le cadre  des premières:

RENCONTRES  POÉTIQUES VIRTUELLES du Lison  et + si Affinités (...?)

 

La Photo de couverture de  cet article est l'œuvre de:

                                                             ( Cliquez sur l'image pour en savoir plus...)

Pour voir tous les Poèmes de l'édition 2021 publiés sur Vivranans:

#Le désir

Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Vivranans

Un blog libre et indépendant, un simple trait d'union pour vivre sa différence à Nans sous Sainte Anne...
Voir le profil de Vivranans sur le portail Overblog

Commenter cet article