Editorial

 Ensemble (...)

Ensemble (...)

Une belle feuille de route pour "Vivre à Nans sous Sainte Anne"...

alain l.

                                                 

Publié par Vivranans

> J - 46:

Les "Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse" sont organisées en partenariat avec l'Association des Ami(e)s de Louis Pergaud et son Président actuel, Brice Leibundgut...

lui-même Prix Pergaud en 2011 pour "Comme que Comme les Riblons"...
 

Mais, déjà en 2008, Brice analysait finement la poésie de Louis Pergaud:

Les rimes de Louis Pergaud

J'ai récemment lu un recueil de vers de Louis Pergaud intitulé l'Herbe d'Avril. Car Pergaud taquinait la rime, dans le sillage de son ami, le poète belfortain Léon Deubel dont il a réuni les œuvres dans le livre posthume intitulé Régner.
Mais revenons à Pergaud : j'ai bien aimé "Les bœufs à l'abreuvoir" , dont le style s'efforce de rendre la lourdeur et la bestialité des animaux. Je l'ai relu plusieurs fois avant de comprendre ce qui me dérangeait dans ce sonnet. Il s'agit en fait du deuxième quatrain, où Pergaud a laissé passer une rime pauvre, voire maladroite : "l'urine corrode" est censé rimer avec "la torpeur chaude" :

Le vieux bouvier remplit de foins les râteliers,

Et sur les noirs pavés que l'urine corrode,

Le bruit de ses sabots trouble la torpeur chaude

Où les bœufs font craquer leurs grands muscles d'acier.
 

Je me suis d'abord dit que Pergaud était trop consciencieux pour faire imprimer des rimes aussi approximatives. Jusqu'à ce que je réalise qu'il faut les lire avec l'accent comtois qu'avait assurément Pergaud : il devait à coup sûr prononcer "corraude" , verbe qui peut alors rimer avec l'adjectif "chaude" et former une rime consonantique. En accentuant fortement le "au" et en l'allongeant à l'envi, comme lorsqu'un Comtois parle de gaudes, ce dessert régional.
 

C'est ainsi que je me suis mis en chasse des autres traces de l'accent comtois de Louis Pergaud. Dans "Hymen" , "se frôlent" rime avec "bénévole" qu'il devait énoncer sous la forme "bénévaule" ; de même dans "Tendresses" et dans "Nuit d'été" , "épaule" rime avec "parole" ce qui laisse supposer qu'il disait peut-être "paraules" . On peut trouver d'autres exemples, généralement pour des rimes en "o" .
 

Toujours est-il qu'il est émouvant de retrouver à travers ses rimes l'accent comtois que Louis Pergaud ne manquait pas d'avoir. Nous aurions la même impression si nous retrouvions un vieil enregistrement de sa voix. Car malgré ses années parisiennes, malgré son prix Goncourt, Pergaud avait très certainement conservé son accent régional caractéristique.

Merci à ses rimes de nous le rappeler !

Brice Leibundgut

(Comme que comme et autres tranches de Comté)


 

Le texte "Les Rimes de Louis Pergaud" lu par  Yann Sebile 😘:

 

Et par:

Le poème "Les Bœufs à l'Abreuvoir" intégral ici:

Ce texte de Brice Leibundgut est publié avec son autorisation, en préambule au Printemps des Poètes 2022 et à la première édition des

"Rencontres Poétiques du Lison  de la Loue et de la Furieuse" sur le thème:
" Les Poètes se mettent au Vert... "

#L'éphémère

auxquelles il  participera au Printemps prochain ...         

Article publié le Mardi 25 Janvier 2022...

Charte de  Vivranans smiley...

Merci de votre visite heart ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article