" Ce sont les rêveurs qui font changer le monde, les autres n'ont pas le temps pour ça..." (Albert Camus)

Le désir: À l'enfant inconnu (...)

< J-6 :

 
A l’enfant inconnu

 

Il faudrait fleurir une tombe,
A l‘enfant inconnu ;

Y déposer les fleurs du mal, du bien,
De l’amour et du désamour ;

Les roses rouges de la passion,
Les roses d’hiver qui fleurissent dans la glace et la frustration.

Il faudrait honorer
L’enfant inconnu,
Qui ne naît pas,
Qui advient à peine,
Qui est pétri du possible et de l’impossible.

Il faudrait chanter,
Pour l’enfant inconnu,
Un chant léger, celui de l’imprévu,
Un chant lourd et grave,
Celui du désamour, qui entrave.

Il faudrait s’attarder
Sur sa tombe,
Se souvenir
Des désirs
Qui l’ont fait venir,
Et du pourquoi
Et du comment
Qui l’ont tué.
Regarder l’emprise de la vie sur elle-même,
Sentir sa puissance,
Goûter au bien aussi, au paisible et au sens,
Du choix fait, et assumé.

Il faudrait se souvenir,
Du vieux couple qui n’a pas voulu,
De l’amant et de la maitresse
Qui n’ont pas pu ;
Du corps de la femme
Où ça ne s’accrochait pas,
De l’hésitant et de l’indécise
Qui ne savaient pas ;
De l’enfant de prostituée
Et il ne valait mieux pas...


Il faudrait se souvenir de ces enfants,
Sans nom, sans devenir.

Il faudrait regarder sans se mentir,
L’armée des enfants inconnus
Comme une masse fantôme
Qui nous hante et nous parle,
Nous menace de sa bouche muette,
Effacée, informe.

Il faudrait la regarder en face,
Et entendre,
Ses pas lents,
Sortir du cœur de notre vallée noire,
Où le désir et le refus copulent,
Où le désespoir étrangle l’espoir,
Où vouloir et renoncer, s’embrassent.
Qu’est-il sorti de cet antre ?
Peut-on le nommer ?

Je donnerai,
A l’enfant inconnu,
Une parure pour son anonymat,
Des fleurs terrifiantes d’éclat,
Un hymne dissonant et cru,
Un mausolée de terre nue,
Profonde, au parfum fertile.

La vie a tracé son chemin subtil, en lui,
A magnifié le chaos de la vallée noire,
Puis est retombé dans l’indicible puits,
Où se décomposent les évidences, par-delà le miroir.

Maëlle Ranoux, 2019

 

Le poème dit par Vanoa Auteure:

Source Photo : Sadness-Africant-Art

Ce  poème est publié dans le cadre  des premières:

RENCONTRES  POÉTIQUES VIRTUELLES du Lison  et + si Affinités (...?)

 

Pour voir tous les Poèmes de l'édition 2021 publiés sur Vivranans:

#Le désir

Ce blog respecte la charte :

(Cliquez sur le logo pour en savoir plus...)

Les commentaires sont modérés  à posteriori cool ...

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Vivranans

Un blog libre et indépendant, un simple trait d'union pour vivre sa différence à Nans sous Sainte Anne...
Voir le profil de Vivranans sur le portail Overblog

Commenter cet article