La Ferme du Gyps (14)...

 

La ferme du Gyps...

Épidémie

( -14- )

Le Taillandier est venu frapper à la porte de Marie.

- L’instituteur est malade, il faut que tu l’aides, il  est pour rien dans tout ça, il est même pas d’ici, je sais que tu vas pas au village mais si tu veux j’irai avec toi.

Marie refusa son aide et prit le chemin du village.

Les femmes s'étaient rendues à l’église pour prier la bonne vierge de les sauver, elles allaient toutes en procession devant la statue de la vierge que les faïenceries avaient faite.

Tout le village était rassemblé devant l’école, les mots fusaient, la peur leur tenaillait le ventre, personne ne comprenait rien à cette maladie que l’on ne connaissait pas, ils allaient tous y passer, et la Marie qui ne viendrait pas les aider, la colère montait et les hommes en venaient aux mains, s’accusant les uns les autres, s’invectivant, s’insultant.

Quand Marie est apparue devant l’école, le silence s’est fait et chacun de guetter un geste, une parole, un signe qui leur rendrait espoir.

Dans le silence où Marie les laissait, un des hommes s’est enhardi à la supplier de les sauver.

Puis, le directeur de la faïencerie, triturant son chapeau, a enchaîné les suppliques, croyant la faire fléchir, il a parlé de la perte de son fils.

Et là, toute la colère, toute la douleur que Marie gardait en elle a explosé.

Soulevant ses cheveux, découvrant sa pauvre figure marquée par les flammes, elle hurla :
 

-  Pourquoi ? Pourquoi je vous sauverais ? et se tournant vers le faïencier

- Toi !  Toi moins que les autres parce que mon père, c’est toi qui l’as tué.

Devant l’attaque, le faïencier blêmit et chancela, il se retourna et fendit la foule aussi vite qu’il le put. C’était la stupeur ! Tous se retournèrent sans comprendre et virent le propriétaire des faïenceries s’écrouler devant l’église.

On le porta à l’église et on l’allongea sur la table. Le temps que le docteur arrive, il était trop tard, trois jours plus tard, on le portait en terre.

Quand ils se sont retournés, Marie n’était plus là.

Paule interrogea:

- Pourquoi lui a-t-elle dit qu’il avait tué son père ?

- Ce que le faïencier ne savait pas, c’est que Faustine et Robert  se sont écrit longtemps après son départ, des lettres déchirantes, où il parlait de son amour pour Faustine, des nouvelles qu’il demandait de la petite, de ses regrets de n’avoir pas su s’opposer à la volonté de son père, de son espoir que celui-ci accepte qu’il revienne.

Dans sa dernière lettre, il disait le refus de son père et de ne pas vouloir vivre sans elle et sa volonté d'en finir.

On l’a retrouvé noyé dans l’étang.

Le faïencier a demandé une messe à la mémoire de son fils Robert, le curé d’abord réticent, a accepté parce que le patron de la faïencerie lui avait promis de payer les réparations du clocher de l’église. Ils se sont accordés pour dire au village qu’il s’agissait d’une mort accidentelle. Mais le charpentier est tombé.

Tous ont accusé Marie, le curé lui a vu une punition du bon Diou. Il en a perdu le sommeil et l’appétit. On le voyait dans le jardin derrière la cure, devant la statue de la sainte vierge sous les arbres, il parlait en gesticulant, il implorait son pardon, il a perdu l’esprit.

Il s’est mis à trénailler comme un traîne culotte en disant des mots en latin. Ils ont dû le remplacer.

Ces lettres, Marie les a trouvées dans la chambre de Faustine avec la robe et le portrait. Ce jour-là, elle a su qui était son père, mais aussi qu’au village elle avait un grand-père qui l’avait reniée et elle disait que c’était sa faute si ses parents étaient morts, que sans lui ils auraient été heureux tous les trois, elle s’accrochait à cette image de toute ses forces.

Marie poussa la porte de l’école, elle monta l’escalier qui conduisait à l’appartement, Nanette lui ouvrit la porte, tenant la pelle a ch’ni dans une main et la brosse à balayures dans l’autre, elle courait après le moindre minon. C’était une pauvre femme qui logeait dans le boiton au-dessus de l’étable dans la ferme du bas. Elle vivait chichement des quelques sous donnés par l’instituteur pour tenir sa maison et lui préparer ses repas.

Elle conduisit Marie à la chambre, le jeune alité était fiévreux. Il tenait le mal, celui qui vous emporte outre-tombe, il était pressant de l’en défaire. Son état montrait qu’il était près de passer.

-  Vous pensez, dit Nanette,  un p’tit gars d’la ville, il a pas d’santé.

Marie s’est assise près de lui, lui soulevant la tête, elle lui a fait boire une petite fiole.

- Si la fièvre aide à guérir, une chemise mouillée aide à mourir dit Zélie.

 

[...]

🔊: L'extrait d'aujourd'hui bientôt lu par Kali Retsuf ... mais en attendant....

 Belvédère a glissé  avec la complicité  de Marief et d'alain le sténanais  que nous remercions, deux différences entre le texte écrit et le texte lu , saurez-vous les découvrir ?

 

À suivre:   # La Ferme du Gyps

 

La nouvelle " La Ferme du Gyps"  est publiée sur ce blog avec l'accord de l'Auteure/Éditrice du livre: Pascale FUSTER.

 

Avertissement

Tout ce qui est écrit est purement imaginaire à l’exception de la beauté des maisons et des sites naturels.

Toute ressemblance avec un individu existant ou ayant existé ne peut être que pure coïncidence.

Sont cités les noms de personnes célèbres qui ont acquis une notoriété publique.

Sont utilisées les images du domaine public.

Les noms de familles sont des lieux-dits du village.

« Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.»

Année publication : 3 -ème trimestre 2020

ISBN : 978-2-9573108-0-7

 

Article publié le Lundi 14 Novembre 2022...

Règles de Vie du Blog smiley...

Merci de votre visite heart ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog