Editorial

 Ensemble...  ;-)

Ensemble (...)

Une belle feuille de route pour "Vivre à Nans sous Sainte Anne"...

alain l.

                                                 

Publié par alain l.

Louis Pergaud à Nans sous Sainte Anne... (3)
" La source du Lison qui débite 600 litres à la seconde en basses eaux attire de nombreux visiteurs à Nans-sous-Sainte-Anne. Elle débouche au fond d'un grandiose cirque rocheux. Elle est une superbe résurgence sortant d'une grotte formée de deux branches : celle de gauche qui vient directement du Creux-Billard est immédiatement siphonnée.
 

( Photo Ana Boschetti et Aline Lotti:   L'instant  d'Ana Photographie  )

 
En amont, le Creux-Billard forme regard sur le cours d'eau souterrain, c'est un ancien gouffre qui a été démantelé par l'érosion, de telle sorte que l'on accède directement au fond par une large échancrure qui débouche à gauche et au-dessus de la source; on se trouve alors au fond d'un immense cylindre creusé verticalement dans le calcaire, et dont les parois mesurent environ 120 mètres de hauteur. A droite on descend sur de gros blocs éboulés, jusque sur le bord d'un bassin, presque circulaire, dans lequel l'eau mesure une profondeur de 21 mètres. En temps de grandes eaux, on voit tourbillonner le surface de cette nappe, qui est un regard sur le Lison souterrain .....

 

En 1889, une jeune fille étant tombée accidentellement dans ce bassin, fut entraînée par le tourbillon et son cadavre ne fut retrouvé que plusieurs semaines après à la résurgence ; une croix a été plantée sur un des gros blocs rocheux qui dominent la vasque pour commémorer ce tragique accident.

 

On a effectué dans les eaux du Creux-Billard des expériences de coloration à la fluorescéine : la matière colorante ressort au bout de 2 ou 3 heures à la source qui n'est pourtant distante que de quelques mètres ... "

Eugène Fournier (Grottes et rivières souterraines - Besançon, 1923 )

 

Mais quel rapport cette page de l'éminent géologue de Besançon a-t-elle avec Pergaud?

Eh bien, c'est la fille du philosophe  Jules Lachelier, Inspecteur général de l'enseignement, qui fut la victime de l'accident et c'est Elie Pergaud qui, alerté, a mis en œuvre des secours qui laissaient espérer que le corps pourrait être retrouvé rapidement...
Il n'en fut rien comme le rappelle M. Fournier. La croix commémorative mentionnée par le professeur a été forgée par les amis Philibert...

Voici ce que nous en dit Alexis Ponthus:

[...] "Revenons à son papa Elie qui n’était pas un assidu de la messe et n’avait pas que des amis en retour au village, ce sacrilège était dévastateur pour la réputation d’un instituteur à l’époque.

Il fut nommé à Nans par ses supérieurs un peu comme on donne une punition.
Ce jour du dix-sept juillet 1889, un drame se déroule au village, la fille du philosophe Jules Lachelier glisse dans les profondeurs de la perte du Creux-Billard.
Elie cherchera inlassablement pour son ami le corps de la petite victime.
Il le retrouvera échoué dans les marécages du centre du village après s’être coincé deux mois durant dans le siphon de la source permettant à la famille de débuter enfin son deuil."
[...] 
1889- Le Petit Comtois
1889- Le Petit Comtois
1889- Le Petit Comtois

1889- Le Petit Comtois

L'inspecteur général a témoigné sa reconnaissance à Elie Pergaud en intervenant pour le faire rentrer dans sa région d'origine.

Un poste d'instituteur s'étant trouvé libre à Guyans-Vennes, Elie Pergaud s'y est installé en 1890.

Voilà les Pergaud tout près d'Orchamps-Vennes.

Les voilà quittant le site grandiose et tragique de la source du Lison pour un autre site grandiose et tragique, celui tout proche de la Roche du Prêtre et de Consolation !

Suite...

 (Voir précédent  Épisode 2 )                                         

Article publié le Mardi 2 Février 2021...

Règles de Vie du  Blog  Vivranans smiley...

Merci de votre visite heart ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article