La Ferme du Gyps... (2)

 

La ferme du Gyps...

Nans sous sainte Anne

-2-  

 

Dans sa chambre, Paule réfléchit aux derniers événements.

Pourquoi cet homme avait-il eu peur en la voyant ? Pourquoi les autres avaient-ils réagi ainsi? Pourquoi le mari d’Emma avait-il le regard fuyant devant elle ?

Elle entra dans une chambre claire et propre. Le mobilier se composait d’un lit, d’une armoire ancienne, d’un petit bureau, et dans le coin d'une table de toilette avec son broc et sa cuvette. Un grand miroir complétait l’ensemble.

Elle défit sa valise, probablement se faisait-elle des idées, déformation professionnelle sans doute.

 

A force d’enquêtes, elle voyait des mystères partout.

Elle devait se concentrer sur la raison de sa venue dans ce village.

Deux jours plus tôt, elle avait reçu un courrier des plus étranges.

Une femme nommée Zélie lui avait envoyé un télégramme qui disait:

« Venez vite, votre mère au plus mal » signé Zélie

 

Paule n’avait aucune idée de ce que ce message signifiait. Elle n’avait pas connu sa mère et n’avait aucune famille.

Elle avait d’abord cru à une erreur ou à une plaisanterie. Ses amis lui avaient déconseillé d’y aller mais elle avait décidé de s’offrir quelques jours de vacances dans ce petit village de Nans sous sainte Anne.

Elle aperçut son visage dans le psyché à l’angle de la chambre. Elle s’approcha pour se regarder dans le grand miroir, à vingt et un ans, elle était élancée, plutôt mince. Belle était souvent l’adjectif qu’utilisaient ses amis, surtout Ted et Marcel ses chevaliers servants.

Ses cheveux bruns qu’elle portait courts encadraient l’ovale parfait de son visage. Elle se fardait peu, juste assez pour mettre ses lèvres en valeur, il faut dire que le gris de ses yeux mettait un éclat particulier à son regard.

Oui, elle estima qu’elle était assez jolie, bien assez pour faire tourner la tête des hommes qu’elle rencontrait, et son regard était un avantage pour les dissuader d’être trop entreprenants tant il pouvait être glacial si elle le voulait.

Paule se rafraîchit et se changea avant de rejoindre la salle à manger.

La grande salle dégageait une impression de sérénité, on se sentait presque à l’abri du monde dans ce décor des années vingt, une sorte de cocon désuet et charmant.

Après avoir dîné d’une somptueuse truite meunière, tout droit pêchée du Lison, Paule rejoignit sa chambre dans laquelle, fatiguée du voyage, elle s’endormit profondément.
 

Le soleil tira Paule de sa torpeur, elle quitta son lit avec regret, et tandis qu’elle se préparait, elle songea à ce qui s’était passé ces derniers jours.

Quelle aventure allait-elle vivre ? Cette idée lui ouvrait l’appétit, femme d’action elle n’avait pas choisi le métier de détective privé par hasard, elle aimait l’exaltation et le suspense que lui procuraient ce métier, indépendante , vive et aventurière, elle avait toujours ressenti le besoin de trouver des réponses et de comprendre.

Elle descendit prendre son petit déjeuner, approchant du bar, elle surprit une bribe de conversation entre Emma et son mari.

-Ça va pas recommencer, on a eu notre compte de malheur ici.

-Tais-toi, tu sais bien que ça n’a rien à voir.

Elle s’approcha et la conversation s’arrêta, le mari tourna les talons pour rejoindre sa cuisine, elle remarqua qu’Emma avait l’air troublé.

Elle s’assit à une table près de la fenêtre ouverte, la vue était splendide, des champs s’étendaient jusqu’à la rivière au bas du coteau.

[...] À suivre: # La Ferme du Gyps

 

 

🔊: L'extrait d'aujourd'hui bientôt lu par Kali Retsuf ... mais en attendant....

 

 

La nouvelle " La Ferme du Gyps"  est publiée sur ce blog avec l'accord de l'Auteure/Éditrice du livre: Pascale FUSTER.

 

Avertissement

Tout ce qui est écrit est purement imaginaire à l’exception de la beauté des maisons et des sites naturels.

Toute ressemblance avec un individu existant ou ayant existé ne peut être que pure coïncidence.

Sont cités les noms de personnes célèbres qui ont acquis une notoriété publique.

Sont utilisées les images du domaine public.

Les noms de familles sont des lieux-dits du village.

« Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.»

Année publication : 3 -ème trimestre 2020

ISBN : 978-2-9573108-0-7

 

Article publié le Jeudi 30 Juin 2022...

Charte de  Vivranans smiley...

Merci de votre visite heart ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog